English



Les algues bleu-vert

Les algues bleu-vert, dont le terme scientifique est cyanobactéries, ne sont pas l’oeuvre de l’être humain. C’est plutôt l’inverse qui est vrai : l’être humain existe grâce aux algues bleu-vert! En effet, il y a de cela bien longtemps, les algues bleu-vert ont participé à l’expansion de la vie sur terre en produisant de l’oxygène. Aujourd’hui, elles continuent de peupler les plans naturels d’eaux douces et marines. Elles s’apparentent davantage à des bactéries, mais partagent aussi des caractéristiques communes avec les algues.

La prolifération des algues bleu-vert
Dans certaines conditions, les algues bleuvert prolifèrent rapidement et forment ce qu’on appelle une fleur d’eau. Voilà un nom bien poétique pour un phénomène plutôt malencontreux! Ne ressemblant en rien à une fleur, elles ont plutôt l’aspect d’un déversement de peinture, d’un potage au brocoli ou d’un mélange de fines particules ou de filaments très courts. Visibles à l’oeil nu, elles sont souvent de couleur verte ou bleu-vert, mais tirent parfois sur le rouge. Près du rivage, les fleurs d’eau s’accumulent sous forme d’écume. Il arrive meme qu’elles sentent mauvais. Outre leur aspect rébarbatif, les fleurs d’eau ont la caractéristique de pouvoir produire des toxines. L’usage qu’on pourra faire d’un plan d’eau dépendra de l’importance de la contamination par ces toxines.

Les causes
Une prolifération d’algues bleu-vert peut être déclenchée par divers facteurs, comme la température élevée de l’eau, le faible courant ou la stagnation de l’eau. Toutefois, le principal coupable est le phosphore.

Au départ, il faut savoir que le phosphore est un élément essentiel à la vie. Il fait partie des éléments de base de notre alimentation comme de celle des animaux,des plantes, des algues et même… des bactéries! Nous l’utilisons pour fertiliser nos pelouses et enrichir nos jardins. Il est employé en agriculture pour stimuler la croissance des végétaux.

Le phosphore est naturellement peu abondant dans les eaux de surface. Les activités humaines contribuent toutefois à augmenter sa présence dans les milieu aquatiques. Les surplus de phosphore se retrouvent dans les eaux usées domestiques ou encore, dans les eaux de ruissellement et de drainage qui s’écoulent des zones déboisées, des champs et des terrains riverains enrichis par les engrais, le compost, les fumiers et les lisiers. Finalement, le phosphore aboutit dans les cours d’eau etles lacs. Lorsqu’il s’y trouve en trop grande quantité, il stimule une croissance excessive d’organismes qui y vivent.

Certains d’entre eux profiteront de la manne plus que d’autres : c’est le cas de diverses plantes aquatiques et, malheureusement, des algues

Identifier,signaler et prévenir

Apprenez à les reconnaître
Les fleurs d’eau peuvent être difficiles à distinguer d’autres phénomènes aquatiques. C’est pourquoi le ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs (MDDEP) a produit un guide d’identification, disponible au bureau du Ministère situé dans votre région ou encore, à cette adresse Internet : www.mddep.gouv.qc.ca

Signalez-les !
Vous pensez avoir vu une prolifération d’algues bleu-vert? Signalez-la! Communiquez, à cette fin, avec le bureau du MDDEP situé dans votre région. La fleur d’eau que vous avez vue ce matin est déjà disparue? Signalez-la tout de même : elle peut se déplacer sous l’eau et réapparaître plus tard dans la journée ou le lendemain.

Pour rendre votre intervention encore plus efficace, vous pouvez photographier la fleur d’eau et remplir le formulaire Constat visuel de la présence d’une fleur d’eau, disponible dans le site Internet du MDDEP, à l’adresse suivante www.mddep.gouv.qc.ca

La prévention demeure le meilleur remède
Contrer le phénomène de la prolifération des algues bleu-vert n’est pas facile. La meilleure façon est d’agir directement à la source du problème. On doit avant tout éviter d’envoyer trop de phosphore dans les plans d’eau. Il existe pour cela des moyens simples, à la portée de tous. En voici quelques-uns :

  • Restaurer la végétation des rives, ou éviter de les défricher, car les végétaux en bordure des plans d’eau retiennent les sols qui peuvent être riches en phosphore et utilisent cet élément fertilisant pour leur croissance.
  • Limiter l’emploi d’engrais chimiques, de compost ou de fumier sur la pelouse.
  • Utiliser des savons et des produits nettoyants sans phosphate.
  • Veiller à la conformité et au bon fonctionnement de son installation septique.

Empêcher les surcharges de phosphore dans le plan d’eau et en amont dans le bassin versant : voilà la meilleure arme contre la prolifération des algues bleu-vert. Cette action préventive exige un effort collectif, tant de la part des citoyens que des acteurs économiques et des autorités municipales et gouvernementales.

Qui fait quoi?
Le MDDEP confirme la présence de fleurs d’eau dans les lacs et les cours d’eau concernés, prélève les échantillons et les analyses. Il en informe les directions de la santé publique (DSP) qui, s’il y a lieu, émettent des avis de santé. Ces avis permettent de communiquer rapidement des recommandations spécifiques aux plans d’eau touchés sur les limites ’utilisation de l’eau.

Le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS), quant à lui, rend disponible sur son site Internet des recommandations générales pour l’utilisation de l’eau potable, pour la aignade et les autres activités aquatiques et nautiques à l’adresse : www.msss.gouv.qc.ca.

Pour tout renseignement sur les algues bleu-vert :

Téléphone :


Région de Québec : 418 644-4545
Région de Montréal : 514 644-4545
Ailleurs au Québec :
1 877 644-4545 (sans frais)


Internet :

www.gouv.qc.ca




Website Management Services by GRA Web Design
Services de gestion du site Internet par GRA Web Design