Le myriophylle à épi dans le lac McGregor

 

QU'EST-CE QUE C'EST ?

Le myriophylle à épi est une espèce de plante envahissante qui est devenue le fléau numéro un des lacs du Québec et du Canada. Presqu'incontrôlable, il peut s'attaquer pratiquement à tous les lacs. Cette infestation réduit la valeur des propriétés et compromet la jouissance du lac. Une fois introduite dans un lac, cette plante a la capacité de s’étendre à pratiquement toutes les zones où la profondeur est inférieure à 20 pieds. Son mode de propagation est tel que la plante se propage à une vitesse fulgurante. Il a été surnommé la «plante zombie» en raison de sa capacité à se multiplier encore plus rapidement une fois coupée en morceaux. Comme la plante peut aisément pousser à des longueurs de 3 à 4m, celle-ci peut remplacer assez rapidement les autres colonies de plantes aquatiques submergées. Voir ci-dessous pour plus de détails sur ce qu'il faut rechercher pour confirmer s'il s'agit du myriophylle en épi !

NOUVEAU CONSULTATIONS & STRATÉGIE POUR LE MYRIOPHYLLE À ÉPI 2020

Avec les températures printanières plus chaudes et les niveaux d'eau plus bas durant le printemps et l'été 2020, la croissance du myriophylle à épi dans le lac s'est également avancée. Des morceaux cassés ont été repérés flottant à la surface du lac - des morceaux qui ont germé des racines et ont multiplié le problème.

En 2019, la direction et des bénévoles de l’ALM ont lancé un certain nombre d'initiatives pour sensibiliser et éduquer les résidents du lac et commissionner une étude qui nous fournit des données courantes pour guider le placement des bouées de repérage. La recherche a été réalisée par le groupe ABV des 7 et le rapport a également été soumis pour être inclus dans Le plan directeur de l'eau de la municipalité de VDM. Tous les membres de l’ALM ont eu accès au rapport et au sommaire exécutif à l'automne 2019 (voir ci-dessous).

En tenant compte des réalités de la Covid-19, les priorités identifiées pour 2020 sont :

  • Installer un système de marqueurs pour signaler la présence de myriophylle à épi dans quelques zones à risque plus élevé. Des marqueurs d'information blancs et des balles flottantes jaunes seront utilisés pour identifier les endroits comme des zones à ne pas déranger.
  • Informer et consulter les résidents du lac à proximité de ces zones avant l'installation.
  • Continuer de sensibiliser les membres de l’Association au problème et approcher la municipalité pour installer des panneaux d'information à la rampe de mise à l’eau de la plage Pélissier.
  • Promouvoir l'utilisation de l'installation de lavage de bateaux que la municipalité prévoit d'installer à la jonction des routes 307 et 366.

En 2020, l'ALM a organisé deux (2) sessions d'information pour discuter de notre plan de trois (3) ans pour faire face à la menace du myriophylle à épi dans notre lac. Les habitants des zones les plus touchées ont été invités à participer à ces séances via Zoom. Les résidents ont exprimé leurs préoccupations et ont partagé leurs idées sur la meilleure façon d'atteindre notre objectif commun, à savoir maintenir le lac McGregor en bonne santé et exempt d'espèces envahissantes.

Malgré les difficultés liées au financement essentiel et à Covid19 , l'ALM a réussi à préparer des ancres et des bouées à placer dans les sites touchés et à faire avancer notre plan. À l'horizon 2021, grâce à diverses activités de collecte de fonds et d'éducation, l'accent sera mis sur une plus grande sensibilisation à cette menace et sur l'élargissement de la base de membres parmi les résidents et les utilisateurs du lac, afin de collecter des revenus indispensables pour poursuivre notre lutte contre cette espèce envahissante.

Nous recherchons des bénévoles intéressés à soutenir les activités du myriophylle à épi en 2021. Si vous pouvez aider, veuillez nous envoyer un courriel à : lacmcgregorlake@gmail.com. La distanciation sociale sera strictement maintenue pour toutes les activités.

Priorités qui seront reportées à 2021 comprennent :

  • Élaborer un programme de surveillance volontaire du myriophylle à épi, y compris une formation.
  • Identifier une équipe de bénévoles qui peut gérer l'installation et le retrait des marqueurs du myriophylle à épi chaque année.

 

ACTIVITÉS DE L'ALM EN 2019 POUR LIMITER LA PROPAGATION DU MYRIOPHYLLE DANS LE LAC McGREGOR

En 2019, l’ALM a annoncé un certain nombre d'activités visant à avertir les résidents du lac quant aux effets néfastes sévères de la plante envahissante, le myriophylle à épi, afin de limiter sa propagation dans le lac McGregor.

  1. La sensibilisation était notre première priorité et les efforts comprenaient la distribution d’un info-graphique à tous les membres, un kiosque d'information lors de la régate annuelle ainsi que l’utilisation du site Web de l’ALM et de Facebook pour partager plus d'informations sur cette espèce envahissante avec nos membres.
  2. La deuxième priorité consistait à entreprendre une étude et à mettre à jour la cartographie du lac McGregor établie en 2012 (en ajoutant également la partie de la baie de Courville à l'est du pont Nadon) et celle de la Baie Mud réalisée en 2015.  Le groupe de recherche à but non lucratif, l’Agence de bassin versant des 7 (ABV des 7), a été embauché pour mener l'étude et a terminé les recherches sur le terrain par la mi-août. Elle prépare actuellement la carte et le rapport officiel pour l’ALM.
  3. La troisième activité que nous avons annoncée était la mise en place de bouées de repérage du myriophylle à épi. Cependant, nous avons constaté des changements importants dans certaines zones identifiées sur la carte du lac McGregor de 2012 et nous avons alors décidé de prioriser l’étude de 2019 et d'attendre les résultats avant de procéder à leur installation.

 

2019 Rapport sur le myriophylle à épi au lac McGregor

Les ABV des 7 commandé par l'ALM en 2019 a mis à jour l'étude de 2012 de l'ABV des 7 sur le lac McGregor afin d'obtenir une meilleure image de la progression du myriophylle en épi dans le lac en général ainsi que d'identifier les zones de préoccupation prioritaires. Nous leur avons également demandé de fournir des recommandations pour gérer cet enjeux. L'étude a été achevée à l'automne 2019. Le rapport est disponible en cliquant sur ce lien Mise à jour Myriophylle à épis Rapport final 2019 (disponible qu'en français) et un sommaire exécutif est disponible en anglais Highlights Report on Milfoil 2019 et en français Sommaire exécutif – Rapport Myriophylle à épis 2019. Cliquez sur ce lien ABV7 Cartes-Maps Rapport-final-2019 pour consulter une carte des zones où le myriophylle en épi a été identifié dans le lac McGregor.

Le conseil d'administration de l'Association s'est réuni à la fin octobre 2019 pour déterminer les prochaines étapes :

  1. Poursuivre des consultations avec ABV7 et la Fédération des lacs de Val-des-Monts (FDLVDM) pour obtenir toute recherche et étude sur les facteurs les plus importants qui contribuent à la propagation du myriophylle à épi.
  2. Poursuivre des recherches pour identifier les endroits où la toile de jute a été installée pour en savoir plus sur les meilleures pratiques, les coûts et les sources potentielles de financement.
  3. Discuter des possibilités de développer un programme de surveillance continue avec la FDLVDM qui pourrait impliquer la formation de bénévoles et le prêt d'équipement.
  4. Au printemps 2020, un système de marqueurs sera installé pour signaler la présence de myriophylle à épis. Des marqueurs blans seront utilisés pour identifier les herbiers, et des bouées jaunes seront utilisées pour délimiter les zones à ne pas déranger.
  5. Des consultations avec les résidents des principales zones touchées seront entreprises au début du printemps 2020.
  6. L'Association poursuivra son plan d'éducation et de communication et contactera la Municipalité pour obtenir leur appui afin d'étendre la portée de son matériel à tous les résidents de Val-des-Monts par le biais de l’affichage à la rampe de mise à l’eau Pélissier et des envois postaux généraux aux contribuables.
  7. Un budget triennal sera élaboré pour les activités de communication et d'éducation, l'achat et l'installation de marqueurs et de bouées, et d'autres efforts de correction.
  8. Une réunion avec le maire sera organisée pour examiner le rapport, les besoins budgétaires prévus avec la municipalité afin de solliciter un soutien financier supplémentaire et faire pression pour l'installation d'une station de lavage de bateaux à la rampe de mise à l’eau Pélissier.

Une délégation de l'Association dirigée par Peter Barton a ensuite rencontré Monsieur le maire Laurin le 22 novembre 2019. Le maire a exprimé son plein appui au plan de l'Association et a convenu que la Municipalité inclura de l'information dans les envois des taxes, soumettra un article, que nous écrirons, au journal ENVOL et veillera à ce qu'il y ait un affichage à la rampe de mise à l'eau et autour du lac concernant le but des bouées et la question du myriophylle à épi. Il a également confirmé qu'une installation pour le lavage de bateau était en cours de finalisation. Le site sera situé entre la caserne des pompiers et la mairie à la jonction des routes 307 et 366. Le système sera entièrement automatique et coûtera nominalement 10 $ par lavage. Un autocollant d'inspection sera émis par la suite. De plus, la municipalité de VDM a acheté ou va acheter un nouveau zodiaque de 115cv pour ses inspecteurs.

Comment confirmer que c’est du myriophylle à épi

Source : https://www.lakegeorgeassociation.org/educate/science/lake-george-invasive-species/eurasian-milfoil/

Comme cette plante a un feuillage très développé autour de sa tige, elle peut croître de façon très dense. Ses feuilles vertes qui ressemblent à des plumes sont disposées en verticilles autour de la tige en groupes de quatre ou cinq. Les feuilles ont 12 ou plus segments en forme de fil (la plante indigène en a moins que 12), et de petites fleurs roses apparaissent sur les pointes rougeâtres qui se trouvent à plusieurs centimètres au-dessus de l'eau. Les feuilles ont un bout émoussé (la plante indigène a la forme d’un arbre de Noël pointu). La plante fleurit fin juillet et début août.

Ce lien fournit une bonne description de la façon de reconnaître le myriophylle à épi comparativement à d’autres types d'algues.

 

 

Quels sont ses impacts environnementaux?

Les impacts d'une infestation du myriophylle à épi sont nombreux. En tête de la liste on y retrouve la perte en biodiversité. Le myriophylle cause également de grands changements physico-chimiques. En poussant en bancs serrés, le myriophylle crée une zone de stagnation, c'est-à-dire que le brassage naturel des eaux est pratiquement inexistant dans une talle de myriophylles. Ainsi, toutes les matières en suspension présentes dans l'eau du lac qui entrent dans la talle vont sédimenter au travers des plantes et créer de nouveaux sédiments riches en matières nutritives.

Durant la période hivernale, les plants en décomposition causent une déoxygénation partielle de la colonne d'eau, ce qui peut occasionner la mort de plusieurs espèces de poissons.

Durant l'été, les colonies remontent à nouveau à la surface et empêchent physiquement le brassage de l'eau. Par conséquent, les eaux deviennent stagnantes et les plages connaissent alors des hausses importantes de décomptes de coliformes et autres bactéries dû au manque de brassage naturel. Lors de la photosynthèse d'une forte population de plantes aquatiques, le pH a habituellement tendance à augmenter. On peut alors atteindre des mesures de pH de l'ordre de 10 à 10,5 durant l'été, ce qui ne peut qu'affecter négativement l'écosystème aquatique entier.

Y a-t-il un risque pour les gens?

Les plants de myriophylle à épi peuvent former des nattes épaisses rendant les activités de loisirs telles que la natation, le ski nautique, la navigation de plaisance et la pêche difficiles, voire impossibles, tout en offrant un habitat idéal pour les moustiques.

Le ski nautique et la natation doivent être évités dans les zones touchées pour éviter de le répandre. Il y a aussi un risque accru de noyade. De plus, la navigation de plaisance est également plus difficile dans ces zones, que ce soit à bord de bateaux à moteur ou non motorisés, tels que des voiliers. L'emmêlement du myriophylle dans les hélices des bateaux peut endommager votre bateau, augmenter les coûts d'entretien et de réparation du bateau, ainsi que propager cette algue nuisible dans d’autres zones du lac.

Ce que vous pouvez faire pour freiner sa propagation

Les plants de myriophylle à épi peuvent continuer à vivre plusieurs jours hors de l'eau! Par conséquent, il est important qu’une fois retiré (de façon sécuritaire) du lac, il soit jeté dans des sacs à ordures.

1. Maintenez une barrière végétale naturelle le long de votre rivage pour éviter l’érosion et ne jetez pas d’herbe ou de feuilles dans le lac. Le myriophylle à épi aime pousser dans les zones où le fond du lac est riche en nutriments.

2. Nettoyez votre bateau! Étant donné que le myriophylle à épi peut s'enmêler dans les hélices des bateaux et s’enrouler autour d’autres éléments extérieurs de votre bateau, vous pouvez freiner sa propagation en nettoyant votre bateau avant de le mettre à l'eau ou après l'avoir sorti d'un lac ou d'une rivière. Si vous visitez d’autres lacs ou rivières, veuillez nettoyer votre bateau et votre moteur, puis vider l’eau de votre cale et de votre vivier avant de mettre votre bateau à l'eau dans notre lac.

3. Respectez les bouées!  Les bouées seront placées pour marquer les zones d'infestation de notre lac. Veuillez éviter ces zones. Cela signifie qu’il est interdit de nager ou de faire du bateau dans la région, car votre hélice et vos pagaies peuvent couper l’herbe, puis l’étendre à d’autres zones du lac.

4. Ramassez les morceaux! Même un petit morceau de myriophylle à épi peut prendre racine. Ne laissez pas de myriophylle à épi déraciné sur votre quai. Si vous voyez des fragments flottants, ramassez-les et mettez-les à la poubelle.

5. Déracinez le problème! Puisque certaines méthodes de gestion des myriophylles pouvant faire plus de mal que de bien, veuillez contacter lacmcgregorlake@gmail.com avant de tenter de supprimer vous-même cette algue nuisible. Évitez de ratisser et de couper l'algue, car elle provoque une fragmentation difficile à capter et qui constitue la principale méthode de prolifération du myriophylle à épi. Cette méthode n’est pas non plus autorisée par le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques du Québec (MELCC). Bien que plusieurs techniques et produits aient été essayés pour contrôler le myriophylle à épi, les deux seules méthodes actuellement approuvées par le MELCC (qui nécessitent toujours des autorisations spéciales) sont les suivantes :

  • la mise en place de jute sur l'algue, qui est pesé avec des objets lourds (et non pas du sable)
  • Méthode de récolte par aspiration assistée par un plongeur (DASH). La Fédération des lacs de Val-des-Monts étudie la possibilité d'utiliser la méthode DASH. Bien que plus coûteux, il s’agit de la seule méthode de retrait approuvée et a connu un certain succès dans certains États du nord des États-Unis tels que le Vermont, ainsi que dans la province de la Colombie-Britannique.

Aidez-nous à freiner la propagation de cette plante zombie.  Contactez lacmcgregorlake@gmail.com si vous la repérez!